Accueil > L'oeil de Camicaos > Archives dans les Bac(s)

Archives dans les Bac(s)

Qu’est ce qui a été créé par Napoléon en 1808 et en fait stresser plus d’un tous les ans ? Le bac pardi !

Voilà une énorme machine qui mobilise chaque année des milliers de lycéens, de correcteurs et d’examinateurs, et engendre des millions de copies corrigées. Mais une fois cet examen passé, vous êtes-vous déjà demandé ce qu’il advenait de vos chefs-d’œuvre ?

Après trois jours au centre de délibération, les copies sont conservées par chacune desarticle-bac-archiveco-interne académies. Pour la postérité ? Vous serez déçu. Moins d’un an après leur arrivée, elles sont détruites pour laisser la place aux nouvelles. Seules quelques copies sont conservées chaque année pour garder une trace des productions. Ne cherchez donc pas la copie en économie de notre nouveau président, elle a eu peu de chance de survie. A moins qu’elle n’ait passé les filets du drastique échantillonnage effectué par les Archives départementales, et qu’elle soit aujourd’hui conservée dans ses magasins. Car vous ne serez pas surpris si je vous dis que l’augmentation du nombre d’élèves a conduit à un accroissement de la masse des documents produits, empêchant une conservation systématique des centaines de milliers de copies produites chaque année.

Mais alors qu’en 2016 plus d’un million de candidats passe le bac, ils étaient seulement 31 lors de la première promotion en 1808 et moins de 7000 dans les années 1880.  Une masse réduite beaucoup plus facile à conserver, comme en témoigne la série F17 conservée aux Archives Nationales à Pierrefitte. Antisèches, rapports de triche, diplômes, relevés de notes d’élèves inconnus et célèbres côtoient des dossiers de carrière d’enseignants comme celui de Simone de Beauvoir. De quoi attiser notre curiosité et nous permettre d’observer l’évolution des pratiques de la triche et des sujets étudiés depuis plus de 200 ans.

Néanmoins, l’inégalité des pratiques d’échantillonnage sur l’ensemble du territoire complique l’établissement d’un bilan de la conservation des copies d’examen. Comment savoir vers qui s’orienter ? Alors que les documents produits lors de concours et examens nationaux sont du ressort des Archives nationales, ceux relatifs notamment au baccalauréat sont pris en charge par les Archives départementales. Une circulaire détaille les documents versés dans leur intégralité et ceux qui doivent passer par l’étape de l’échantillonnage. Vous pouvez toutefois être rassurés, à défaut d’avoir la copie éco de Monsieur Philippe, le procès-verbal de son examen est quant à lui bel et bien conservé.

En cela, on ne s’assure pas seulement de la conservation d’une mémoire pour l’histoire de l’enseignement, mais également une histoire économique et sociale, une histoire des sciences et des techniques, et une histoire des mentalités.

Camille CAUSSE pour ARCHIVECO

mautic is open source marketing automation